Que pouvons nous faire?

Il ne s’agit pas de faire la classe à la maison mais de pouvoir accompagner nos enfants dans leurs apprentissages. L’école plantera des clous mais c’est à nous de bien les enfoncer pour que l’accroche soit suffisamment solide.

La méthode utilisée, pour beaucoup, résultera du choix de l’enseignant de votre enfant mais, parfois, une autre approche lui conviendrait mieux ou, tout simplement, favoriserait un approfondissement efficace.  Vous n’avez pas à vous substituer aux enseignants mais il est véritablement de votre devoir d’ouvrir votre enfant au monde de l’écrit, de lui faire découvrir, très jeune, son utilité permanente.

La lecture ne permet pas seulement d’accéder à des mondes imaginaires, c’est aussi un moyen utile de communication, une source d’information. Nous utilisons la lecture au quotidien : journaux, programmes télévisuels, panneaux de signalisation, papiers administratifs, livres de recettes… Un écrit a toujours pour projet d’être lu et de véhiculer un message.

Il faut également penser à bien lui expliquer l’importance de l’ordre des lettres, de l’ordre des mots dans une phrase, c’est fondamental. Avec les mêmes lettres, on ne forme pas les mêmes mots. Prenez par exemple chien, niche et chine, ces mots comportent bien les cinq mêmes lettres et même si le chien peut dormir dans une niche, il n’habite pas forcément en Chine ! Bien des problèmes de dyslexie seraient surement évités si nous prenions bien le temps de rappeler aux enfants l’importance que joue l’ordre des lettres dans la reconnaissance d’un mot… La ponctuation aussi est essentielle dans la signification d’une phrase. Il faut très tôt montrer son influence dans la compréhension du message véhiculé par le texte écrit.

Pourquoi ne pas jouer avec les lettres?

 

Pour commencer l’idéal c’est de manipuler les lettres depuis la plus tendre enfance.

Il existe des puzzles alphabets.

P2B_9518

 

Il est également pour une fois tout à fait envisageable de jouer pour une fois avec la nourriture et de chercher à reconnaitre les lettres des petites pâtes alphabet.

Il existe aussi des lettres magnétiques qu’il est possible de fixer sur le frigidaire et à force de jouer avec, de les manipuler, les lettres deviendront des amies qui combinées entre elles formeront des mots.

P2B_9514             P2B_9529

On peut, par exemple, écrire un modèle simple, comme papa, maman, le nom des personnes de la famille ou encore des mots très simples et demander à l’enfant de retrouver les lettres qui composent ces mots.

Dans le commerce, on trouve également des jeux ou livres jeux qui donnent la possibilité de se familiariser avec les lettres. L’enfant peut colorier les différentes lettres selon des codes couleurs ou avoir à chercher des lettres dans une dessin.

culturine 002         culturine 001   culturine 001

La manipulation d’alphabets différents peut aussi aboutir à une meilleure reconnaissance visuelle des lettres et une familiarisation à tous types d’écriture. Sur internet vous trouverez toutes sortes de polices d’écriture différentes, imprimez-les sous formes d’alphabets et découpez chacune des lettres.  Demandez à votre enfant de les reconnaitre, de les remettre dans le bon ordre…

Montrez leur également des alphabets ludiques, sous des formes différentes.

culturine 004 culturine 003culturine 002culturine 005

C’est amusant aussi de les faire jouer avec les lettres de l’alphabet et de les leur faire transformer en animal, par exemple. Vous écrivez l’alphabet, à eux d’être créatif !!!

 

culturine 001

On envisagera aussi de réaliser des lettres en pâtes à sel  ou en pâte à modeler, afin de leur donner du relief. Pour certains enfants, la manipulation et la visualisation sont essentielles et peuvent éviter bien des problèmes par la suite. Fabriquer une lettre en relief c’est la rendre concrète, lui donner une existence réelle.

Tous les supports écrits peuvent servir à un jeune lecteur, une affiche publicitaire, un nom sur un produit, un journal ….

Il faut également jouer avec les sons et avec les mots. Chercher des mots commençant par A, B, C….. Le “A” de arbre, le “B” de bonbon…..Chercher aussi des mots contenants  le son “ou”, le son “on”, etc…Par exemple, le “ou” de hiboux, le “on” de ballon… Demander à l’enfant si dans le mot que nous lui proposons il y a effectivement le son que nous cherchons. L’apprentissage de la lecture doit se faire sous forme de jeux progressifs où les demandes deviendront de plus en plus précises. Après la demande est-ce que tu entends le son “A”, le son “I”, le son “O,”le son “U”, etc.? Il sera envisageable de commencer à aborder l’écrit et dire: ” est-ce que dans ce mot tu vois le “A”, le “I”, le “O”, … ?”

Si vous confrontez l’enfant à des mots écrits, il visualisera que tel mot, commence comme un autre, ou lui ressemble, ou contient des lettres similaires, comme “papa”, “tata”…Ainsi, l’enfant participe activement à sa découverte du monde de l’écrit. Un de mes enfants, par exemple fonctionnait comme un chercheur, il décortiquait tous les mots pour essayer d’y trouver des ressemblances et du coup parfois nous inventait de drôles de mots en manipulant à l’oral les préfixes et les suffixes….

Dans les méthodes d’apprentissage, il ne faut pas oublier une des plus simples. Lorsque vous lisez une histoire avec votre enfant, essayez de lui montrer du doigt où vous en êtes. Il se familiarisera ainsi progressivement avec certains mots et sons. Lorsqu’il commencera lui-même à reconnaître certains sons ou tout petit mot, arrêtez-vous dans votre lecture et faîtes-lui lire les « le », « la », « les », « un », « une », « de », « des »… L’enfant sera encore plus attentif à la lecture alors qu’il saura pouvoir y participer.

Il existe aussi dans le commerce des sortes des cahiers d’entraînements,  pour les enfants de grande section de maternelle qui proposent des activités de lecture. L’enfant devra associer la silhouette d’un mot à sa représentation écrite, retrouver un mot écrit sous des formes différentes: “lettres capitales, manuscrites…”, regrouper des mots identiques, apprendre à reconnaître des vraies lettres

001

Comment donner l’envie de lire à des parents lorsqu’ils ne savent pas lire eux -mêmes?

En voulant introduire la lecture dans une PMI du XIX éme arrondissement Parisien, je me suis trouvée confrontée à un public souvent non francophone ou analphabète, et je me suis demandée comment faire pour les inciter à lire avec leurs propres enfants, alors qu’ils ne maitrisent pas notre langue. Leurs enfants vont être amenés à fréquenter des écoles publiques où les enfants en grande partie auront déjà une sorte de culture “commune”. Pour que ces enfants n’en soient pas privé, j’ai pris le temps de repartir sur l’origine de notre langage et sur les jeux phonétiques que proposent nos comptines. Je les ai enregistré sur des cassettes que j’ai donné aux parents accompagné d’un support écrit. J’ai vite pris conscience de la nécessité de créer un matériel adapté associant mot et image, mais qui ne soit pas un imagier traditionnel, car je voulais que les enfants rentrent progressivement dans le langage du récit. J’ai ainsi fabriqué mes propres livres de comptines en essayant que chaque dessins soit parlant, afin que les parents retrouvent l’histoire à raconter…